Le sentier cathare entre Quillan (11) et Foix (09)

Publié le par RandoSolo64

Le château de Puivert
Le château de Puivert

Depuis plusieurs saisons, tu envisages de parcourir le sentier cathare. De renseignements en informations, tu crains d’avoir un peu trop idéalisé cette randonnée. Le résultat aujourd’hui est mitigé entre satisfaction d’avoir accompli ton périple relativement facilement et déception des paysages offerts.

En effet, la majeure partie de l’itinéraire est parcourue en forêt. Ce qui peut être un avantage par forte chaleur, encore que ça n’enlève rien au manque de paysage, mais est sûrement un inconvénient par temps de pluie et de brume comme ce fut le cas.

Le manque de lumière t’a beaucoup perturbé, surtout lorsque le sous-bois est constitué de buis qui dégrade encore la clarté.

Heureusement quelques exceptions à ce tracé en sous-bois, viennent illuminer le chemin :

  • la descente de Coudons vers La Fage avec ses jolis jardins et Nébias et sa ligne de partage des eaux entre Méditerranée et Atlantique,
  • le plateau d’Espezel et ses champs de pomme de terre du pays de Sault,
  • le passage du col de la Gargante (alt. 1352 m) point culminant du périple,
  • la montée au col puis au château de Montségur,
  • la crête entre le Pas du Falcou et le col de Porte-Pa qui domine Foix et Montgaillard.

Ce récit n’a pas pour but de servir à l’édition d’un nième guide rando sur le sentier cathare. Il est un recueil des émotions et impression d’un marcheur solitaire.

Jour 1 Quillan

(altitude 290 m)

Cette petite ville audoise (3500 hab.) est traversée par l’Aude où les pêcheurs aiment visiblement taquiner la truite. Un rapide tour de Quillan jusqu’au pont Suzanne et au château médiéval, afin de reconnaître le départ du sentier cathare.

A première vue, le balisage du GR®367 semble récent et de bonne facture (tu verras à l’usage sur des secteurs plus isolés).

Pêche à la truite dans l'Aude

Pêche à la truite dans l'Aude

Le pont Suzanne

Le pont Suzanne

L'Aude coule au pied du château médiéval

L'Aude coule au pied du château médiéval

Par cette belle journée d’été, les montagnes environnantes laissent respirer un air pur et relativement frais. La maison du tourisme te renseigne sur la météo estivale jusqu’au surlendemain, au-delà des orages sont à craindre.

Ca te laisse deux belles journées dont tu profiteras pleinement.

Jour 2 – Quillan – Coudons – Nébias - Puivert

(20,4 km dénivelée +874 / -695 m)

Comme prévu l’ascension de la falaise depuis Ginoles entre Quillan et Coudons a tenu toute ses promesses de difficulté et de beaux panoramas. Cette variante qui permet de rejoindre le GR®367 est très bien balisée. Depuis le centre de Quillan, il faut parcourir 6,2 km et compter 1h30 avant de déboucher de la falaise avant Coudons.

A Coudons, tu empruntes la RD613 à droite avant de bifurquer en sous-bois vers La Fage par une longue descente.

Ce ravissant hameau présente une fontaine accueillante et originale.

En quittant Quillan vers la falaise

En quittant Quillan vers la falaise

Le village de Ginoles blotti au pied de la falaise

Le village de Ginoles blotti au pied de la falaise

La fontaine rafraîchissante de La Fage

La fontaine rafraîchissante de La Fage

L’abreuvoir et la fontaine du Griffoul à Nébias

L’abreuvoir et la fontaine du Griffoul à Nébias

L'entrée du château de Puivert
L'entrée du château de Puivert

Puis se succèdent de jolis jardins et basse-cours d’où tu aperçois le village de Nébias dans la plaine. La particularité de ce joli village est de couvrir la ligne de partage des eaux (Méditerranée - Atlantique).

En poursuivant vers le nord-ouest par une large piste, tu atteins Puivert et son château.

A Puivert, tu es accueilli au gîte des Marionnettes par Françoise et Michel dans un décor champêtre et une ambiance conviviale.

Jour 3 – Puivert – Lescale – col du Pas de Loups - Espezel

(18,8 km dénivelée +675 / -255 m)

Cette deuxième étape débute par l’étalonnage de ton GPS grâce au repère de nivellement (altitude 483 m) scellé au pied de la grange en face du gîte. Pas de château cathare sur cette portion entre Puivert et Espezel, la « curiosité » tient au passé tragique vécu par la population du hameau de Lescale.

De Puivert tu descends vers le lac, puis il te faut longer l’aérodrome avant de t’enfoncer dans la forêt et atteindre Lescale. La montée au col Pas de Loups (alt. 959 m), plutôt raide et en sous-bois, a le mérite de garder une certaine fraîcheur par cette belle journée estivale.

Arrivé aux ruines de l’ancienne maison forestière, l’aire de pique-nique aménagée est envahi par un groupe de randonneurs bruyants. Tu poursuis donc ton chemin jusqu’au hameau de Montplaisir où un banc de pierre et un point d’eau potable suffiront à ton bonheur le temps d’une pause casse-croûte !

Ta destination du jour s’écarte du sentier cathare vers le village d’Espezel.

Tu quittes le sentier pour un aller-retour à Espezel

Tu quittes le sentier pour un aller-retour à Espezel

La pomme de terre reine du pays de Sault
La pomme de terre reine du pays de Sault

Tu traverses alors le plateau de Sault au milieu des cultures de la fameuse pomme de terre du pays de Sault. Les saisonniers s’activent à la récolte avant les orages annoncés en soirée.

Un lavoir du joli village d’Espezel
Un lavoir du joli village d’Espezel

Dans le village qui ne manque pas de charme, beaucoup de maisons sont à vendre signe de la désertification des zones rurales. Cependant, le randonneur y trouvera plusieurs ressources (supérette, presse, point Poste, restaurants).

La fontaine dédiée à un ancien édile d’Espezel

La fontaine dédiée à un ancien édile d’Espezel

Enfin, Ronald t’accueille dans son logis baptisé « 100 unique », cet établissement de bonne tenue présente un bon confort et une belle table du terroir. A noter que le propriétaire des lieux est belge flamand et propose une variété de bières exceptionnelle, avis aux amateurs !

Jour 4 – Espezel – col de la Gargante (1352 m) - Comus

(20,7 km dénivelée +760 / -492 m)

 

Contraste saisissant au point de vue de la météo. Après une arrivée sous une chaleur estivale de 34°C la veille, ce matin est automnal. Plafond bas, vent frais 11°C ! mais il ne pleut plus… pas encore !

La transition est brutale d’autant plus que très vite le vent se renforce et la pluie fait son apparition de façon battante. La surprise vient de tout autre chose : une chienne genre labrador noire que tu as aperçue la veille au soir, alors que Ronald la chassait de son établissement, t’a emboîté le pas. Tes tentatives pour l’en dissuader sont restées veines et l’animal sera de compagnie pour la journée. Sans collier et sans tatouage, tu la surnommes Blanchette.

Malgré le vent contraire, tu marches d’un bon pas en traversant le plateau de Sault. Très vite tu atteins la forêt de hêtres, belle et très dense qui monte régulièrement et te mène au refuge des Gardes, au Pas de l’Ours puis au col de la Gargante point culminant de ton périple.

Arrivé au col de la Gargante (1352 m), tu t‘aperçois qu’il ne pleut plus depuis un bon moment, seulement en sous-bois quand il ne pleut plus, il pleut encore !

Il t’a fallu traverser des estives au milieu de bovins en liberté. Malgré les précautions d’usage, Blanchette entendait bien jouer son rôle de gardien et va s’en prendre à un veau un peu à l’écart. Ses aboiements ont précédé un mouvement anarchique de cornes autour de toi car bien sûr l’animal de compagnie (dont tu te serais bien passé à cet instant) est venu se réfugier à tes pieds suivi du troupeau quelque peu agacé de la présence d’intrus.

Blanchette est intelligente et a pris le parti de rester près de son maître du jour. La suite du parcours à proximité des troupeaux se déroule dans le calme et le respect des distances.

Blanchette animal de compagnie du jour

Blanchette animal de compagnie du jour

Tu es conscient que cette très belle étape a été altérée par une météo défavorable qui t’a privé de sublimes paysages. Une amélioration en début d’après-midi a ouvert une fenêtre sur le château de Montségur depuis le Pas de l’Ours.

Le pog de Montségur depuis le Pas de l’Ours

Le pog de Montségur depuis le Pas de l’Ours

Le refuge des Gardes, une halte sous abri

Le refuge des Gardes, une halte sous abri

Le village de Comus (alt. 1165 m)
Le village de Comus (alt. 1165 m)

La descente sur le village de Comus et le domaine du Silence du Midi sera une rare récompense de cette journée maussade.

Domaine du Silence du Midi - Séchage des vêtements et papier journal dans les chaussures

Domaine du Silence du Midi - Séchage des vêtements et papier journal dans les chaussures

Epilogue de la journée : Le gérant du domaine a raccompagné Blanchette chez un vétérinaire d’Espezel qui a constaté qu’elle n’avait pas de puce d’identification… dommage, c’était une bête intelligente et affectueuse.

Jour 5 – Comus – Pelail - Montségur

(15,5 km dénivelée +1685 / -1850 m)

Tu quittes Comus vers les spectaculaires gorges de la Frau, frontière naturelle entre les régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ainsi qu’entre les départements de l’Aude et l’Ariège. Arrivé au hameau de Pelail, tu t’enfonces en Ariège par un piste qui monte en forêt le long d’un ruisseau.

L’arrivée à Montségur est plus dégagée et laisse apercevoir de temps à autres son célèbre château. Le temps de rejoindre ton hébergement, de poser le sac, de prendre les jumelles et te voilà parti à l’assaut du col et du pog de Montségur. La montée (40 minutes depuis le village) est payante (5€) et donne droit à la visite du musée du catharisme.

Moment d’hésitation !

Moment d’hésitation !

Le balisage du sentier en Ariège est de moins bonne qualité que dans l’Aude, mais reste néanmoins efficace.

Entre Comus et Foix, le sentier cathare GR®367 et le chemin des Bonshommes GR®107 se partagent l’itinéraire en sens opposé, ce dernier se poursuit jusqu’à Berga en Catalogne.

Les gorges de la Frau

Les gorges de la Frau

Pause à proximité du hameau de Pelail

Pause à proximité du hameau de Pelail

Passage délicat en forêt où le sentier se confond avec le ruisseau.
Passage délicat en forêt où le sentier se confond avec le ruisseau.

Par endroit, le ruisseau déborde sur le sentier qui devient glissant et boueux, ce qui rend la montée interminable et éprouvante.

Stèle cathare au pied du château de Montségur
Stèle cathare au pied du château de Montségur

La visite du château de Montségur et la vue sur ses environs sont un moment fort de ce périple en pays cathare. Tu as la chance d’assister au milieu des ruines à un récit passionnant du guide local. Au village, tu rejoindras le musée et bénéficieras d’une nouvelle présentation tout aussi intéressante du même guide. Tu coucheras un mot élogieux dans le livre d’or du musée.

Le village depuis le pog de Montségur

Le village depuis le pog de Montségur

Les ruines du château

Les ruines du château

Jour 6 – Montségur – Montferrier – Coulzonne - Roquefixade

(18,5 km dénivelée +700 / -847 m)

L’étape d’aujourd’hui te mène sur le chemin du pays d’Olmes. C’est une habitude désormais de marcher sous la pluie. Tu passes le col de Montségur et après une longue descente en forêt, tu atteins le charmant village de Montferrier traversé par le Touyre.

Les douze kilomètres restants sont une succession de montées et de descentes la plupart en sous-bois.

Dans un premier temps, tu traverses le hameau du Saou avec ses fermes et granges joliment restaurées. Une longue descente en forêt te conduit à la route D117, après une nouvelle portion en forêt, tu atteindras le hameau de Coulzonne, enfin Roquefixade.

Le village de Montferrier traversé par le Touyre

Le village de Montferrier traversé par le Touyre

Echelle à poissons sur le Touyre
Echelle à poissons sur le Touyre

Au pied du pont, une astucieuse échelle à poissons met en évidence un réel souci de préservation de l’environnement.

Une 4CV modèle « Palombière » !
Une 4CV modèle « Palombière » !

Un peu moins respectueuse de l’environnement, cette carcasse d’auto au milieu des bois.

La stèle sur le chemin des « bons chrétiens »
La stèle sur le chemin des « bons chrétiens »

Tu as la nette impression que le sentier cathare s’est achevé à Montségur pour faire place au chemin des Bonshommes.

Vue sur le pays d’Olmes
Vue sur le pays d’Olmes

Tu croiseras deux groupes de randonneurs de deux et trois personnes marchant sur le chemin de Bonshommes, preuve de l’intérêt et du succès de ce parcours historique.

L’auberge des Troubadours et le château de Roquefixade sur la falaise à 919m d’altitude
L’auberge des Troubadours et le château de Roquefixade sur la falaise à 919m d’altitude

A l’auberge des Troubadours, véritable gîte d’étape pour randonneurs à pied, à cheval et VTT, l’accueil et la table sont de qualité. Plusieurs chambres sont disponibles ainsi qu’un dortoir de six places situé sous les combles et justement nommé « le donjon de l’aigle » !

En quittant Roquefixade et le pays d’Olmes par la crête
En quittant Roquefixade et le pays d’Olmes par la crête

Jour 7 – Roquefixade – Leychert – Pas du Falcou (931 m) – col de Porte-Pa - Foix
(20 km dénivelée +1685 / -1850 m)

Dernière étape courte de ton périple, tu la couvres d’une seule traite en raison de la météo défavorable et de la lassitude de marcher en forêt. Un itinéraire relativement facile malgré un parcours accidenté. Quelques longueurs de pistes planes t’ont permis d’avancer d’un bon pas et de couvrir la distance en moins de quatre heures.

Le hameau de Leychert

Le hameau de Leychert

Dans une petite clairière, un observatoire (ou pas de tir ?) pour les animaux

Dans une petite clairière, un observatoire (ou pas de tir ?) pour les animaux

Sur la crête qui domine Foix et la vallée de l’Ariège
Sur la crête qui domine Foix et la vallée de l’Ariège

L’arrivée en crête sur Foix dégage quelques beaux panoramas sur la vallée de l’Ariège et de l’Arget.

Le somptueux château des comtes de Foix
Le somptueux château des comtes de Foix

Arrivé à Foix, tu te diriges vers la gare pour échanger ton billet retour car tu as la ferme intention de passer la soirée dans cette jolie ville en fête.

Une fontaine publique est la bienvenue pour décrotter tes chaussures. Ensuite tu pars à la découverte de la cité ariégeoise au milieu des manèges et attractions.

Tu parviens à pousser la porte d’un bouquiniste « L’ivre livre » et te procurer le dernier roman de Sylvain Tesson « Bérésina » (sic !).

Après une semaine passée en forêt et au milieu des troupeaux, tu redécouvres la civilisation ! Il te faut donc trouver un hébergement en dehors du centre pour espérer te bien reposer.

Habitat troglodytique au pied du  château
Habitat troglodytique au pied du château

Malheureusement, le château de Foix est fermé au visiteurs en raison des préparatifs du feu d’artifices qui sera tiré le soir même.

Le spectacle féerique de l’embrasement du château de Foix
Le spectacle féerique de l’embrasement du château de Foix

Un bon repas servi en surplomb de la rivière Ariège et un sublime embrasement du château concluront agréablement ton périple sur le sentier cathare.

Publié dans Randonnée pédestre

Commenter cet article