Sortie montagne au Pic d’Anie (2504m)

Publié le par RandoSolo64

 

Samedi 2 octobre 2010 – La Pierre Saint Martin – GR10 & PR14 - 7h AR – dénivelé 1003m

 

Une sortie en montagne sportive et exigeante effectuée à trois (avec Sylvie et Francis) en fin de saison estivale (peu après les premières chutes de neige de septembre), comme la cerise sur le gâteau. Le gâteau, ce sont les belles randonnées de l’année 2010 qui n’ont jamais dépassé les 1000 mètres d’altitude. Aujourd’hui, changement de décor, nous allons franchir les 2500 mètres au sommet du mythique Pic d’Anie (2504m), ça c’est la cerise !

Il est 9 heures, il fait beau mais la surprise est le vent qui souffle fort sur le parking de la station barétounaise. Ce vent du sud-ouest qui nous accompagnera toute la journée, souffle en rafales violentes.

Nous prenons de la hauteur par le GR®10 qui surplombe La Pierre Saint Martin, Pic d'Anie 02102010 001-800  le tracé de cette sortie est indiqué dans le topoguide® « Le Béarn…à pied » PR14, en page 40.  

Pic d'Anie 02102010 005-800  à gauche le GR10, nous poursuivons à droite vers les cabanes de Pescamou

 

Cependant, nous nous sommes autorisés (involontairement !) une variante au point 5 et avons continué tout droit, en laissant en contrebas à gauche « …le sillon bien visible dans le lapiaz… ». Nous avons préféré le sentier bien tracé qui nous conduit en direction du sud vers les « arres d’Anie ». Nous suivrons un itinéraire balisé de cairns et de quelques traces rouges.

 Pic d'Anie 02102010 007-800   

Le pic d'Arlas surplombe la station  Pic d'Anie 02102010 008-800

         le Soumcouy à gauche, au fond le pic d'Anie 

 

Dans le lapiaz(*), la progression est très particulière pour le randonneur de plaine. Chaque pas est un défi, il faut regarder attentivement où poser le pied et s’arrêter bien sur ses appuis, pour lever les yeux et admirer ce paysage minéral et lunaire. Dans un environnement aussi tumultueux, l’utilisation des bâtons de marche fait débat :

-          Les avantages sont une meilleure stabilité surtout vis à vis des rafales de vent et une marche synchrone car le poser et l’appui du bâton anticipe et assure le poser du pied.

-          Les inconvénients sont liés à la tendance imprévisible qu’a le bâton à se coincer dans les interstices de la roche calcaire et au fait qu’il faut parfois mettre les mains pour progresser dans les défilés.

 

  Pic d'Anie 02102010 012-800

Somptueux paysage minéral

  Pic d'Anie 02102010 021-800

 

Dans la dernière portion au pied de la face sud du pic, nous retrouvons les balises jaunes du PR14. Un dernier effort avant d’atteindre le sommet d’où nous attend un panorama exceptionnel. On aperçoit la station 900 mètres plus bas, les plaines béarnaises, le pic du midi de Bigorre, d’Ossau pour les plus caractéristiques, le Visaurin, le pic d’Orhy …jusqu’à la côte atlantique déjà sous la brume.

Une dizaine de personnes, français et espagnols ont partagé la joie simple de se retrouver au sommet d’un des toits du Béarn.

  Pic d'Anie 02102010 025-800

au sommet du Pic d’Anie (2504m)

  

(*) lapiaz (ou lapié) : mot du Jura qui signifie une ciselure superficielle du relief, résultant du ruissellement dans la roche calcaire. Le lapiaz localement dénommé, « les arres d’Anie » sont les plus étendues d’Europe.

 

<==  Consultez l'album ci-contre

     

Publié dans Pyrénées Atlantiques

Commenter cet article

Amorin 28/11/2010 20:20


Trés joli reportage.